• Home
  • Broker régulé, la première condition pour le trading en ligne

Broker régulé, la première condition pour le trading en ligne

Depuis que le trading en ligne ne se dédie plus uniquement aux professionnels, le nombre de brokers a fortement augmenté. De plus en plus de particuliers osent, en effet, se lancer dans ce secteur afin de réaliser des profits ponctuels ou sur le long terme. Et, il est vrai que la spéculation boursière peut rapporter gros, à condition toutefois de savoir investir. La sélection d’un bon broker constitue notamment la première étape à franchir pour s’en sortir gagnant. L’astuce, c’est de se référer à la régulation de façon systématique.

Toujours choisir un broker régulé

Si aujourd’hui, les options binaires sont accessibles aux particuliers, bien de nouveaux traders sont encore mal informés sur les réalités du trading en ligne. Concernant notamment le choix du courtier, il existe une règle de base à ne jamais enfreindre : toujours sélectionner un broker régulé. En effet, la régulation d’un courtier en ligne constitue une garantie de sécurité pour les investisseurs.

Ce système a été mis en place afin que les acteurs dans le domaine respectent les mêmes normes et que les traders puissent bénéficier de bonnes conditions de trading. Dans le cadre de la régulation, les brokers se doivent de respecter des règles strictes, concernant entre autres la sécurisation des transactions, ainsi que la protection des fonds des investisseurs.

sécurisation des comptesL’application du principe de ségrégation de compte est notamment obligatoire pour les brokers régulés. Ce système, qui consiste à placer les fonds des clients dans des comptes séparés, permet d’assurer une bonne solvabilité aux investisseurs. Étant placé dans des banques indépendantes, l’argent de ces derniers est bien gardé et reste à leur disposition à tout moment. Et ce, quelle que soit la situation financière de la société de courtage.

 

La régulation du broker implique, par ailleurs, des sécurisations de haut niveau en ce qui concerne les transactions. Les informations qui circulent sur le site, dont les données bancaires, entre autres, sont protégées via des systèmes de cryptage. Les conditions de trading sont également mises en connaissance des clients de façon transparente, ce qui permet de se lancer sur le site sans ambiguïté. Il faut noter aussi qu’en cas de problèmes quelconques, la régulation d’un broker permet d’avoir recours à des institutions de contrôle. Ce type d’organisme peut alors sanctionner le courtier si des règles n’ont pas été respectées.

Les risques avec un courtier non régulé

Si la régulation a été mise en place sur le marché, c’est, avant tout, parce que les risques en trading ne sont pas moindres. Des brokers mal intentionnés sont, en effet, présents sur le web et, depuis la vulgarisation des options binaires auprès des particuliers, ils n’hésitent pas à proposer des offres alléchantes pour attirer le maximum de traders. Ces courtiers en ligne, qui ne sont bien évidemment pas régulés auprès des institutions de contrôle, constituent une véritable menace pour les investisseurs pressés. En effet, les traders débutants qui n’ont pas pris le temps de bien s’informer peuvent tomber facilement dans le piège.

broker escroc arnaque

Le principe de l’arnaque est simple. Les brokers font des promesses intéressantes aux investisseurs et les invitent à réaliser un premier dépôt sur le site. Lorsque, après avoir réalisé des transactions, ils souhaitent alors retirer leurs gains, le courtier ne le permettra pas. Bien évidemment, le trader est en droit de déposer plainte face à ce type d’injustice. Mais, à défaut de régulation, aucun recours juridique n’est possible.

Connaître les organismes de régulation

Les institutions de régulation sont les organismes qui éditent les règles du marché et contrôlent les activités des courtiers. Les brokers en ligne ne sont « régulés » que lorsque toutes les conditions imposées par ces organismes sont réunies. Afin d’obtenir une licence, il est, en effet, nécessaire de remplir quelques critères. Ainsi, parmi les organismes de contrôle financiers, on peut principalement citer l’AMF ou Autorité des Marchés Financiers en France, qui régule les activités des brokers en Europe, mais intervient également sur le marché international. Les traders peuvent se référer sur les analyses de cette institution dans le cadre de leur choix de brokers.

organisme de régulation

L’AMF étant particulièrement strict en termes de suivi et n’hésitant pas à sanctionner les courtiers non respectueux des règles. À Chypres, la CySEC (Commission de Sécurité et d’Échanges Financiers Chypriote) constitue également l’autorité de régulation de référence. La FSA (Financial Services Authority) au Royaume-Uni, la NFA (National Futures Association) aux États-Unis, ou encore la BaFin (Autorité Fédérale de surveillance financière) en Allemagne sont autant d’organismes de contrôle, dont la délivrance de licence constitue une garantie de fiabilité du broker.

Consulter la liste noire de l’AMF

Dans le cadre de sa mission de régulation, l’AMF réalise des enquêtes ainsi que des contrôles réguliers. Il recueille notamment les plaintes déposées par les traders et vérifie si les opérations des brokers sont bien conformes aux règles établies. Et, en se basant sur les données récoltées, il établit, non seulement une liste blanche, mais également une liste noire des courtiers. Les brokers ayant enfreint les règlementations sont inscrits sur cette blacklist, qui est mise à jour tous les 3 mois.

amf régulationAfin d’éviter les brokers à risque, les investisseurs peuvent consulter cette liste directement sur le site de l’organisme. On y retrouve, entre autres, les noms des courtiers qui ne sont pas régulés, ainsi que ceux qui ont récemment réalisé des transactions douteuses. Depuis sa création en 2003, l’AMF ne cesse de faire pression dans le domaine du trading, afin d’instaurer de l’ordre sur le marché. De nombreux acteurs ont notamment révisé leurs conditions et ont obtenu une licence auprès de la CySEC après les contrôles et les sanctions appliquées par cette institution française. Comme vous le voyez la CySEC est plus permissible que l’AMF et donc ne fait pas office de garantie totale pour le choix de votre broker.